Mes lectures·Test et avis

La Mer en hiver de Susanne Kearsley

  • Auteur : Susanna Kearsley
  • Genre : Romance historique
  • Pages : 576
  • Prix : 8,20 €
  • Acheter sur Amazon : La Mer en hiver

 

 

Résumé :

Au printemps 1708, une flotte de soldats français et écossais échoue à faire revenir James Stewart, le roi exilé, sur ses terres d’Écosse afin de réclamer sa couronne.
De nos jours, Carrie McClelland, écrivain à succès, s’inspire de cet épisode historique pour son nouveau roman. Installée aux abords du château de Slains, au cœur d’un paysage écossais désolé et magnifique, elle crée une héroïne portant le nom d’une de ses ancêtres, Sophia.
Très vite, les lignes se brouillent entre fiction et faits historiques. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au cœur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps.
Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé…

Mon avis :

La Mer en hiver est une lecture vraiment originale. L’auteure mélange avec finesse événements réels et fiction et nous offre deux histoires en une.

Nous suivons d’abord Carrie McClelland, auteur à succès de romans historiques. Résidant en France, elle vient en Écosse. Sur place, elle a un véritable coup de cœur pour le château de Slains. Une véritable attraction se produit, comme si le château l’appelle. Pour les besoins de son nouveau livre, elle décide alors de changer ses projets. Elle décide de quitter la France pour l’Écosse où elle s’installe dans un petit cottage en face du château.

Slains_Castle_February_08

J’ai aimé suivre le processus d’écriture de Carrie qui nous donne l’impression de découvrir ce qu’à réellement vécu l’auteure.

L’ambiance du roman est vraiment magique et regroupe tout ce que j’aime (l’Écosse, les vieux châteaux, des paysages magnifiques, la généalogie…). Je ne voulais pas que l’histoire se termine, pourtant je l’ai dévoré en une soirée.

J’ai souri, j’ai pleuré, j’ai été en colère, j’ai aimé… Susanna Kearsley a su me faire vivre son histoire. J’ai adoré lire les comparaisons des lieux, notamment celles du château de Slains avec plus de 3 siècles d’écart.

Nous abordons la mémoire génétique lorsque Carrie découvre qu’elle retranscrit dans son roman, des événements réels, comme si ses personnages et notamment Sophia, son personnage principal lui dictaient ses mots. J’ai été touchée par l’histoire de Sophia qui a eu une enfance torturée, mais qui, grâce à une rencontre avec une lointaine parente, Anne Drummond comtesse d’Eroll, lui permettra de s’épanouir.

En digne passionnée d’histoire et de généalogie, j’ai aimé suivre les recherches de Carrie sur la période historique. On sent que l’auteure a fourni un énorme travail de recherches. J’ai surtout adoré celles concernant ses ancêtres. Je me suis retrouvée à suggérer des sources avant de les lire, à tenter de faire une impression écran d’une page quand il s’agit d’une source que je connaissais pas. Oui ma main a glissé 2 ou 3 fois sur la même page du livre comme je le fais avec mon smartphone pour une impression écran, lorsque j’ai réalisé que j’étais en train de lire. On  ne se moque surtout pas hein. Ça devient grave docteur.

Les personnages sont attachants, beaucoup ont réellement existé. Carrie est une femme indépendante et curieuse. Sophia, son personnage principal, est charmante et courageuse. Elle a vécu de terribles événements. Certains passages déchirants, notamment ceux concernant la petite Anna, m’ont fait verser quelques larmes. La Comtesse d’Eroll est une femme intelligente d’une grande gentillesse. Comme dans la majorité des livres, et la période des révolutions jacobites s’y prêtant particulièrement, il y a des méchants. Ici nous avons surtout des espions et des traitres. Il est difficile de savoir à qui accorder sa confiance. Vers le milieu du roman, j’avais devinée la fin. L’auteure tente de semer le doute dans notre esprit, mais finalement non, je ne m’étais pas trompée. L’histoire est parfaitement ficelée, l’écriture est fluide et sans prétention. L’histoire d’amour de Carrie ne prend pas trop de place, ce que j’apprécie en temps normal, même si ici, je pense qu’elle aurait pu être un peu plus développée. Quant à la généalogie, nous savons qu’elle n’est pas toujours véridique, et l’auteure nous le rappelle.

La Mer en hiver a été un véritable coup de cœur pour l’originalité, l’Écosse, ses descriptions et comparaisons, les histoires d’amour, poignante pour celle de Sophia et discrète pour celle de Carrie. J’ai adoré les rapports de Carrie avec les habitants, notamment ceux qui l’aident dans l’écriture de son roman.

Vous l’avez lu ? Qu’en avez-vous pensé ? Pour ma part, vous l’aurez compris, je recommande vivement.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s